Favoriser la santé mentale de votre enfant pendant la pandémie de COVID-19

Des pistes de solutions pour les familles


Source | Laboratoire GRAND-IR


Depuis le début de l’année 2020, les enfants ont dû s’adapter à de nombreux changements dans les différentes sphères de leur vie (ex. : routine quotidienne en classe ou à la maison, suivis médicaux, loisirs). Afin de documenter l’impact de ces changements sur la santé mentale des enfants, une équipe d’une trentaine de chercheurs, de professionnels de la santé et de partenaires de divers organismes a mené une recherche pour synthétiser les connaissances scientifiques sur le sujet (Camden et al., 2020A).

Quelle est la situation décrite par la littérature scientifique?

Les différentes études rapportent des inquiétudes concernant la santé mentale des enfants et des familles, particulièrement en ce qui concerne l’anxiété, l’ennui, l’irritabilité et le sommeil, entre autres (Camden et al., 2020A, p. 19-33). Aucune des études recensées en juillet 2020 n’avait cependant été réalisées dans le contexte québécois.

Quelle est la situation au Québec?

Des entrevues ont été réalisées auprès de 18 parents au cours de l’été 2020 afin d’ancrer les constats tirés des écrits scientifiques au contexte québécois. Différentes expériences familiales sont décrites dans le rapport de cette étude (Camden et al., 2020A; p.36-44). Les parents interrogés ont mentionné plusieurs inquiétudes liées aux routines et cycles de sommeil perturbés, à des sentiments inhabituels d’anxiété (qu’elle soit généralisée ou spécifique à certaines peurs, comme celle d’être atteint par la COVID-19 ou qu’un proche le soit) et d’isolement, ou à des signes de détresse psychologique (confrontation, colère, évitement). Ces impacts rejoignent ceux tirés des écrits scientifiques (figure 1). Certains parents ont également mentionné des impacts positifs du confinement, notamment la possibilité d’avoir plus de temps en famille, la diminution des attentes sociales (ex. fêtes, réunions), le développement de la créativité de leur enfant ainsi que de son autonomie.

Figure 1 : Impacts de la pandémie sur les enfants de 5-12 ans et les familles

La santé mentale de plusieurs familles fragilisée

Les liens avec les réseaux (social ou de soutien) ont été réduits ou, pour certains, sont devenus inexistants. Certains parents, notamment ceux ayant un enfant avec des besoins plus complexes, ont souligné que c’est plutôt leur santé mentale qui a souffert de la pandémie, par comparaison à celle de leur enfant.

« Ça a été beaucoup ma frustration […], on n’a pas pensé à l’impact psychologique sur les parents que ça avait, et puis que malheureusement […], ça avait un impact psychologique sur les enfants. »

En plus du manque de soutien, d’autres raisons ont été avancées pour expliquer la fragilité des familles, notamment le fait de se sentir submergé par les responsabilités (ex. professionnelles, éducatives), ou le manque de bienveillance et d’attention (ex. du réseau social, professionnel ou scolaire) envers les besoins de leur enfant, ceci particulièrement pour les familles dont les enfants avaient des besoins plus complexes. D’ailleurs, les familles qui avaient un filet social solide et diversifié autour d’elles (famille, amis, école, collègues), y compris des personnes pivots (proches aidants, intervenants, éducateurs, enseignants), ont apprécié le répit offert par leur présence/soutien.

« En même temps, on avait les grands-parents qui ont donné un bon coup de main […]. Ça, ça aidait, puis ça changeait parfois la dynamique. […] [Les enfants] avaient plusieurs personnes à qui parler. »

Portez attention à la santé mentale de votre enfant

En tant que parent, vous êtes au premier plan pour préserver la santé mentale de votre enfant. Les résultats de notre étude soulignent certains éléments que vous pouvez appliquer pour faciliter la vie familiale en temps de pandémie ; certaines ressources sont également proposées ci-dessous pour vous accompagner :

L’importance d’une concertation entre les réseaux : une recette gagnante!

Cette étude souligne l’importance de veiller à la santé mentale et au bien-être éducatif de tous les enfants, d’identifier ceux qui vivent des moments difficiles et de s’assurer de leur fournir le soutien nécessaire. Ceci implique une concertation entre les familles, les équipes-écoles, les professionnels de la santé et des services sociaux ainsi que les partenaires communautaires au sein d’un continuum de services (Camden, et al., 2020B). N’hésitez pas à faire part de vos préoccupations auprès de votre équipe-école; celle-ci pourra vous indiquer si des actions ont été entreprises auprès de votre enfant, ou si des actions sont prévues pour y répondre.

 

Auteures :

Chantal Camden, professeure à l’école de réadaptation de l’Université de Sherbrooke et membre chercheure régulière du Centre de recherche du CHUS et de l’IUPLSSS

Élodie Hérault, coordonnatrice de recherche pour le projet PRISME-COVID-19, Centre de recherche du CHUS

 

Références :

Camden, C., Malbœuf-Hurtubise, C. , équipe PRISME-COVID-19 (2020A, novembre). Les répercussions de la pandémie de la COVID-19 sur la santé mentale des enfants de 5-12 ans et les défis particuliers vécus par les enfants ayant un handicap ou une condition de santé chronique : une synthèse des recommandations. Rapport final  d’une étude financée par les Instituts de recherche en santé du Canada.

Camden, C., Malbœuf-Hurtubise, C., équipe PRISME-COVID-19 (2020B, novembre). Recommandations pour veiller à la santé mentale des enfants pendant et après la pandémie de la COVID-19. Résumé politique pour les milieux scolaires. Document rédigé dans le cadre d’une étude financée par les Instituts de recherche en santé du Canada.

 

Ressources citées :

Capsules du RCPECE

Coffre à outil de la fondation Jasmin Roy

Ordre des psychologues du Québec : Conseils aux parents en période de confinement

Laboratoire GRAND-IR

   https://labo-grandir.com/
   @LaboGRANDIR

Mission :
L’équipe de recherche GRAND-IR, menée par Chantal Camden, s’intéresse aux interventions en réadaptation pour optimiser l’accès et la qualité des services pour les enfants ayant des retards de développement, y compris les troubles développementaux de coordination. Pour en savoir plus au sujet des projets de recherche, et sur comment participer aux activités comme parent-partenaire, étudiant, intervenant ou chercheur, abonnez-vous à la page Facebook et visitez le site Web mentionnés ci-dessus.

Ordre des psychologues du Québec

L'Ordre des psychologues du Québec : ce site vous permet de trouver des psychologues ou des détenteurs de permis de psychothérapeute partout dans la province afin de vous offrir une aide professionnelle pour vous ou pour vos enfants.

Fondation Jasmin Roy

La Fondation Jasmin Roy a pour mission de lutter contre la discrimination, l’intimidation et la violence faites aux jeunes en milieu scolaire aux niveaux primaire et secondaire. La Fondation Jasmin Roy n’offre pas d’aide directe aux jeunes qui vivent des problèmes liés à l’intimidation. La FJR soutient plutôt les gens qualifiés pour intervenir auprès de ces jeunes, particulièrement en milieu scolaire. Elle propose sur son site une section "Parents" avec plusieurs références utiles.